Conseil municipal à 20h30
 Tout l'agenda ▼

  ASSAINISSEMENT : on décide cette année

En 2005, une étude de zonage avait été réalisée auprès de la société Ginger Environnement : compte-tenu du risque d’inondations, la solution retenue la plus adaptée pour le village était l’assainissement collectif ramifié sous pression. Autrement dit, il s’agissait de créer un réseau de canalisations enterrées, reliées à des postes de refoulement pour évacuer les eaux et matières par pression.

L’enquête publique n’ayant relevé aucune remarque de la part des habitants, le commissaire enquêteur donnait un avis favorable. Le conseil municipal adoptait donc ce principe d’assainissement collectif le 4 novembre 2005. La réglementation évoluant sans cesse, et ces travaux étant très onéreux, l’investissement en a été reporté.

Des nouveaux contrôles ont été réalisés par le Communauté de Communes des Villages du Drouais (CCLVD) fin 2011. Il est ressort que 7 habitations sont classées « B » donc conformes. 51 sont classifiées en « C », non conformes, sans obligation de travaux sauf en cas de vente avec un délai d’un an pour mise en conformité. Enfin, 17 sont répertoriées en « E », non conformes et polluantes, avec obligation de se mettre aux normes dans un délai de 4 ans ramené à 1 an en cas de vente.

L’Agglo du Pays de Dreux a pris la compétence « eau-assainissement ». Il est aujourd’hui primordial, sur la base de l’étude de zonage de 2005, de réaliser une étude de maîtrise d’œuvre pour permettre d’identifier les coûts qu’engendreraient le déploiement d’un assainissement collectif sur la commune. Plusieurs scénarios allant du tout collectif au minimum acceptable reprenant en priorité les habitations classées «E» seront envisagés, puis présentés aux habitants pour concertation.

Une somme de 10 000€ sera inscrite au budget, en prévision de l’étude qui sera menée au cours du 2ème semestre 2016.

Si la commune décide de rester en assainissement non collectif (ANC), le service assainissement de l’Agglo pourra proposer aux propriétaires qui le demandent, de coordonner la réhabilitation de leur installation et de leur faire bénéficier de subventions.


17/02/2016, vu 866 fois.